PREUVES SCIENTIFIQUES SUR LES BIENFAITS DU JEÛNE

Bienfaits sur la longévité

 

Valter Longo ou Lara Padilla connu pour leurs travaux sur le jeûne thérapeutique, ont démontré que le jeûne ou la restriction calorique retarde les maladies chroniques liées à l’âge et permet de vivre en meilleure santé. (Longo et al, 2012, 2013) (Lara Padilla, 2015)

 

Jeûner trois jours renouvelle totalement le système immunitaire (Longo V. et al. 2014)

Il est probable que jeûner 2x par année rajoute des années de vie – ou certainement rajoute des années de vie en bonne santé. (Longo V. et al. 2014)

 

Bienfaits pour la prévention de maladies de surcharge ou suralimentation et régénération cellulaire

 

Jeûner est particulièrement bénéfique pour les maladies dites de civilisation, c’est-à-dire les maladies de surcharge (alimentation non adéquate ou suralimentation). En effet, durant le jeûne, en se nourrissant de ses réserves, l’organisme va procéder à un décrassage et recyclage en profondeur en éliminant ses structures usées (protéines non fonctionnelles, complexes auto-immuns), ainsi que les toxines accumulées qui circulent et qui sont stockées dans les graisses.

 

Le jeûne favorise donc l’autophagie et la mise en place de mécanismes de résistance au stress. (Efeyan et al; Trends in molecular medicine; 2012). L’autophagie (du grec αυτο:soimême et φαγειν: manger) ou autolyse: dégradation d’une partie du cytoplasme de la cellule par ses propres lysosomes. L’autophagie est stimulée pour permettre l’adaptation et la survie des cellules soumises à des conditions de stress. Le jeûne permet ce processus de recyclage de nos cellules malades, vieilles et affaiblies, afin de conserver nos cellules saines et c’est pour ces travaux scientifiques de validation sur ce sujet que le japonais Yoshinori Ohsumi a gagné le prix Nobel de médecine en 2016.

 

D’autres études ont montré des effets protecteurs lors de maladies cardiovasculaires. La Clinique Büchinger constate des valeurs sanguines améliorées (cholestérol, trigyclérides, glucose) avec des résultats significatifs dans les troubles tels qu’hyperlipidémie et taux de cholestérol élevé.

 

Bienfaits dans les cas d’hypertension artérielle

 

Lors d’une étude supervisée médicalement sur 174 patients souffrant d’hypertension, il a été constaté des baisses significatives de la tension artérielle lors d’un jeûne de dix jours suivi d’une période de 7 jours d’une alimentation riche en végétaux, pauvre en graisses saturées et en sel. (Goldhamer et al. 2001)

Bienfaits lors de diabète de type 1 et 2

 

Des recherches prometteuses sur des souris montrent la régénération des cellules beta du pancréas lors d’une diète imitant le jeûne (diète basée sur l’apport en lipides mais faible en calories, en hydrates de carbone et en protéines). Lors de diabète de type 1, on constate une augmentation des sécrétions d’insuline et une baisse de la résistance à l’insuline. Lors de diabète de type 1, on constate une réduction de l’inflammation et une augmentation des cellules beta produisant de l’insuline. Des études en laboratoire sur des cellules humaines montrent des résultats similaires. (ChiaWei Cheng et al. 2017). Le jeûne intermittent a aussi démontré des résultats positifs sur les (souris) diabétiques type II (Quiclet Charline et al, 2019) 

Bienfaits pour les personnes en surpoids

La perte de poids durant le jeûne est intéressante pour les personnes en surpoids. Lors du premier jour de jeûne, les réserves en glucose et glycogène sont suffisantes. Dès le troisième jour du jeûne, l’organisme puise dans ses réserves graisseuses. La perte de muscle est donc minime car elle ne porte que sur 24 heures sur un jeûne de 7 jours. (Owen OE et al. 1979) Dans le cadre de nos semaines, un atelier nutrition donne les clés nécessaires aux participants pour ne pas reprendre leur poids d’origine et apprendre les bases d’une alimentation saine. Les randonnées permettront aux participants d’avoir une activité physique adaptée à leur capacité, avec tous les bénéfices connus d’une telle pratique.

Bienfaits pour le système immunitaire

Des épisodes de jeûnes ont montré un changement bénéfique dans les signaux de transduction des cellules souches responsables de générer les cellules sanguines ainsi que celles du système immunitaire. Ceci résultant sur une régénération du système immunitaire. Un jeûne prolongé réduit les niveaux d’IGF-1, une hormone de croissance liée au processus du vieillissement, la progression tumorale et le risque de cancer en général. (Chia-Wei Cheng, et al., 2014) (Changhan Lee, 2012)

Bienfaits dans les cas d’atteinte inflammatoires articulaires

Des études ont montré les bénéfices du jeûne dans la réponse cellulaire au stress oxydatif et à l’inflammation. (Kjeldsen-Kragh J, 1995) (Vishwa Deep Dixit, 2015). Une méta analyse valide les bienfaits du jeûne sur l’arthrite rumatoïde (H. Muller, Toledo, Resch, 2001) Dans une étude clinique contrôlée (Haugen MA et al, 1994), effectuée à l'Oslo Sanitetsforening Rheumatism Hospital, en Norvège, les chercheurs ont observé une amélioration des cas d'arthrite rhumatoïde après un jeûne de 7 à 10 jours. Cette amélioration se maintenait durant 3 mois et demi avec un régime végétalien et durant 9 mois avec un régime lactovégétarien. Selon les chercheurs, l'amélioration ne pouvait être expliquée par la diminution d'acides gras dans le sang comme l'ont laissé entendre d'autres études. Dans une autre étude randomisée (Kjeldsen-Kragh J et al., 1995) effectuée à l'Institut d'immunologie et de rhumatologie de l'Hôpital National d'Oslo, les chercheurs ont encore une fois démontré qu'un jeûne suivi d'un régime végétarien améliorait de manière significative l'état des patients atteints d'arthrite rhumatoïde. Diverses mesures de laboratoire ont démontré une diminution significative de l'activité inflammatoire.

Bienfaits pour le cerveau et la prévention des maladies neurodégénératives

Le jeûne intermittent et la restriction calorique protégerait du déclin cognitif en diminuant le stress oxydatif et en améliorant la résistance au stress de la cellule. Une étude épidémiologique new-yorkaise a mis en évidence que les individus ayant une diète pauvre en calorie avait des risques réduits de souffrir de la maladie d’Alzheimer. Les maladies liées à une diète trop riche en calories (diabète et maladies cardiovasculaires) sont liées à une augmentation du risque de la maladie d’Alzheimer. (Veerendra Kumar Madala Halagappa et al., 2007) (Bruce-Keller, 1999)

Interlude Bien-Etre collabore durant 2019 et 2020 à une étude scientifique indépendante. Nous faisons cela pour amener notre contribution à la recherche scientifique et pour faire progresser les connaissances sur le jeûne afin aider les personnes à se maintenir en bonne santé plus longtemps. 

 

Tout à commencé en 2017 lorsque nous avons été approché par un groupe de scientifiques et médecins suisses. Ils étaient intéressés par notre programme et les effets positifs du jeûne sur les marqueurs de dysfonctionnement métaboliques humains (hypertension artérielle, cholestérol élevé...). 

 

L'étude, appelée EMétaJe (pour Effets Métaboliques du Jeûne) et nos participants vont se voir proposer l'opportunité d'y participer. 

RÉFÉRENCES ET LITTÉRATURE SCIENTIFIQUE

SUR LE JEÛNE 

Annadora J. Bruce-Keller, Gloria Umberger, Robert McFall, Mark P. Mattson, 1999,  Food restriction reduces brain damage and improves behavioral outcome following excitotoxic and metabolic insults, Annals of Neurology

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9894871

 

Changhan Lee, Lizzia Raffaghello, Sebastian Brandhorst, Fernando M. Safdie, Giovanna Bianchi, Alejandro Martin-Montalvo, Vito Pistoia, Min Wei, Saewon Hwang, Annalisa Merlino, Laura Emionite, Rafael de Cabo, and Valter D. Longo, 2012, Fasting Cycles Retard Growth of Tumors and Sensitize a Range of Cancer Cell Types to Chemotherapy, Sci Transl Med

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3608686/

 

Chia-Wei Cheng, Gregor B. Adams, Laura Perin, Min Wei, Xiaoying Zhou, Ben S. Lam, Stefano Da Sacco, Mario Mirisola, David I.Quinn, Tanya B.Dorff, John J.Kopchick, Valter D.Longo, 2014, Prolonged Fasting Reduces IGF-1/PKA to Promote Hematopoietic-Stem-Cell-Based Regeneration and Reverse Immunosuppression, Cell Stem Cell

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1934590914001519

 

Chia-Wei Cheng, Valentina Villani, Roberta Buono, Min Wei, Sanjeev Kumar, Omer H. Yilmaz, Pinchas Cohen, Julie B. Sneddon, Laura Perin, Valter D. Longo, 2017, Fasting-Mimicking Diet Promotes Ngn3-Driven β-Cell Regeneration to Reverse Diabetes, Cell

http://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(17)30130-7

 

Goldhamer A, Lisle D, Parpia B, Anderson SV, Campbell TC., 2001, Medically supervised water-only fasting in the treatment of hypertension, J Manipulative Physiol Ther

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11416824

 

Haugen MA, Kjeldsen-Kragh J, Bjerve KS, Høstmark AT, Førre O., 1994, Changes in plasma phospholipid fatty acids and their relationship to disease activity in rheumatoid arthritis patients treated with a vegetarian diet., Br J Nutr.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7986787

 

Kjeldsen-Kragh J, Mellbye OJ, Haugen M, Mollnes TE, Hammer HB, Sioud M, Førre O., Scand J Rheumatol., 1995, Changes in laboratory variables in rheumatoid arthritis patients during a trial of fasting and one-year vegetarian diet.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7747149

 

 

Lara-Padilla EGodínez-Victoria MDrago-Serrano MEReyna-Garfias HArciniega-Martínez IMAbarca-Rojano ECruz-Hernández TRCampos-Rodríguez R, (2015) Intermittent fasting modulates IgA levels in the small intestine under intense stress: a mouse model.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26198915

 

Longo VD, Lee C, Raffaghello L, (2012) Drug Resist Updat. 2012 Feb-Apr;15(1-2), Starvation, detoxification, and multidrug resistance in cancer therapy.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22391012

 

Longo Valter (2013), Fasting Cycles Retard Growth of Tumors and Sensitize a Range of Cancer Cell Types to Chemotherapy, US National Library of Medicine, National Institutes of Health.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3608686/

 

Longo Valter et al (2014), Cell Stem Cell, Volume 14, Issue 6, p810–823, 5 June 2014, Prolonged Fasting Reduces IGF-1/PKA to Promote Hematopoietic-Stem-Cell-Based Regeneration and Reverse Immunosuppression

http://www.slate.fr/story/100539/jeuner-trois-jours-systeme-immunitaire

 

Longo Valter, Mattson Mark P. (2014), Fasting : Molecular mechanisms and clinical applications

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1550413113005032#bib34

 

Muller H, Vilhelmi de Toledo F and Resch K. L, 2001, Fasting followed by vegetarian diet in patients with rheumatoid arthritis : a systematic review, Scand J Rheumatol,

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11252685

Quiclet, Charline et al., 2019, Metabolism - Clinical and Experimental, Volume 97, 9 - 17, Pancreatic adipocytes mediate hypersecretion of insulin in diabetes-susceptible mice

https://www.metabolismjournal.com/article/S0026-0495(19)30093-9/abstract

 

Vishwa Deep Dixit, Yun-Hee Youm, Kim Y. Nguyen, Ryan W Grant, Emily L. Goldberg, Monica Bodogai, Dongin Kim, Dominic D'Agostino, Noah Planavsky, Christopher Lupfer, Thirumala D Kanneganti, Seokwon Kang, Tamas L. Horvath, Tarek M. Fahmy, Peter A. Crawford, Arya Biragyn, and Emad Alnemri, (2015), Nature Medicine

The ketone metabolite β-hydroxybutyrate blocks NLRP3 inflammasome–mediated inflammatory disease

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25686106

 

Owen OE, Reichard GA Jr, Patel MS, Boden G., 1979, PubMed NCBI, Energy metabolism in feasting and fasting

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/371355

 

Veerendra Kumar Madala Halagappa, Zhihong Guo, Michelle Pearson, Yasuji Matsuoka, Roy G. Cutler, Frank M. LaFerla, and Mark P. Mattsona, 2007, Intermittent fasting and caloric restriction ameliorate age-related behavioral deficits in the triple-transgenic mouse model of Alzheimer's disease, Neurobiology of Disease

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17306982

 

Yoshinori Ohsumi, prix Nobel de médecine 2016, recherches sur l'autophagie

https://www.rts.ch/info/monde/8061571-le-prix-nobel-de-medecine-honore-des-recherches-sur-l-autophagie.html

 

Wilhemi de Toledo, Françoise (2015), L’art de jeûner, Ed. Jouvence

Le Centre Interlude Bien-Être propose des séjours de jeûne, randonnées et thermalisme à Val-d'Illiez et Champoussin en Valais. Leader des séjours détox de jeûne en Suisse romande avec le plus grand nombre de séjours proposé par année, c'est votre garantie d'une expérience réussie. 

Apprenez et maîtrisez l'art et la science du jeûne pour votre bien-être, vitalité et longévité active, grâce à un encadrement professionnel dédié au jeûne thérapeutique préventif. Rencontrez des personnes qui partagent les mêmes valeurs et s'investissent pour prendre soin d'elles. 

 

Le jeûne offre des bienfaits validés scientifiquement : détox, prévention primaire, améliorations métaboliques (hypertension, cholestérol), surpoids et autophagie (régénération cellulaire). Notre méthode de jeûne hydrique moderne est apparentée à celle du Dr. O. Buchinger et nos connaissances empiriques.

Interlude Bien-Être • Valais • Suisse

Lire nos conditions générales de participation

Des questions   

téléphone  076 340 93 83

téléphone depuis la France  09 70 46 68 66 (tarif local)

 

ou utilisez le formulaire ci-dessous

Restons en contact - notre newsletter

©  Interlude Bien-Être sàrl  2016-2020